11 novembre : reportage et témoignages

En ce jour du 11 novembre, la France a célébré le 97e anniversaire de l’Armistice de 1918.  Après 4 années de combats meurtriers, cet armistice mettait fin à la première guerre mondiale que l’Histoire appellera la Grande Guerre. La France déplorait 1 400 000 morts, 740 000 invalides, 3 millions de blessés et des centaines de milliers de veuves et d’orphelins.

CEREMONIE COMMEMORATIVE DE MARSONNAS

Montage 11 novembre

  • Dépôt de gerbe au monument de la Léchère en hommage aux résistants et aux victimes civiles de la guerre de 39/45,
  • Cortège, accompagné de la fanfare de Montrevel,
  • Dépôt de gerbe aux monuments aux morts rappelant le souvenir de nos valeureux aînés tombés au Champ d’Honneur,
  • Lecture du texte des anciens combattants UFAC par Erwan BAR et Maxence DUPONT.

TEMOIGNAGES D’ANCIENS COMBATTANTS

Anciens Combattants

  • Raymond Bessard, 80 ans, est aujourd’hui domicilié à Chavanosse. Il était agriculteur à Romenay lorsqu’il a été appelé à participer à la Guerre d’Algérie. Il a été envoyé au Foyer du Soldat de la base aérienne de La Senia près d’Oran en 1956 où il était chargé d’expédier du matériel dans le Sahara.
  • René Perret, 80 ans partage aujourd’hui sa vie entre Bourg et Marsonnas. Il était agriculteur dans notre commune lorsqu’il partit deux ans dans le Constantinois en Algérie, garder une ferme, aider à la moisson et escorter les camions de blé.
  • Fernand Berardan a eu 92 ans le 4 avril et se souvient très bien de la seconde guerre mondiale. Il ne voulait pas être soldat et encore moins partir dans les chantiers de jeunesse où on inculquait les valeurs prônées par le Régime de Vichy. Il devait s’y rendre mais, grâce au docteur Jannel, il a bénéficié d’un congé pour maladie donc d’un sursis.« Je n’ai ensuite pas bougé, je ne me suis pas fait remarquer et comme tout le monde a été envoyé construire le Mur de l’Atlantique, ils m’ont oublié ». Fernand Berardan s’est ensuite engagé dans la Résistance et est intarissable sur la construction du Camp Allemand à Marsonnas, les 200 à 300 allemands qui effectuaient des surveillances aériennes ainsi que leur départ en 44…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *